Journées d'étude

Pôle ressources pour la médiation et l’éducation artistique et culturelle en danse, le CN D propose des espaces de réflexion entre professionnels afin de favoriser le frottement d’idées, de convictions, de désirs et de questionnements. Réfléchir sur les pratiques, les mettre en perspective, partager des idées, interroger les postures de chacun, tels sont les objectifs donnés à ces temps d’échanges entre tous les professionnels impliqués dans les actions de médiation et d’EAC.

22.06.22

L’EAC en Europe : regards croisés (traces) 

Les pays européens s’accordent sur l’importance d’une expérience artistique et culturelle auprès des jeunes pour développer leur créativité, leur esprit critique et leur citoyenneté. Comment ces valeurs se concrétisent-elles au sein des différents pays ? Lors de cette journée d’étude, il s’agira de mettre quelques expériences en lumière afin de s’interroger sur le caractère situé ou universel de l’éducation artistique et culturelle. La matinée sera consacrée à une réflexion sur la formation des acteurs de l’EAC et l’après-midi à un partage de projets auprès de publics jeunes. Une journée de témoignages et de débats entre professionnels de différents pays d’Europe pour inspirer et réfléchir les pratiques de médiation de la danse.

22 &23.06.21

Parcours : utopies et perspectives (traces)

Journées conçues en partenariat avec le CCN de Caen en Normandie, La Manufacture CDCN Nouvelle-Aquitaine et Musique et danse en Loire Atlantique

Le corps, le mouvement, la danse, peuvent se frotter aux normes sociales et culturelles. Le déplacement, les possibles transgressions, les découvertes insoupçonnées mais aussi les incompréhensions, les résistances, les blocages sont inhérents aux actions d’éducation artistique et culturelle et de médiation. La danse fait émerger au sein des parcours les écarts entre valeurs, contenus et conditions de réalisation. Dès lors, comment l’attention aux écarts peut-elle soutenir la conception des parcours ? Nous permet-elle de dépasser nos propres obstacles à une réelle acceptation de l’altérité et des cultures de chacun pour construire ensemble une relation intime à l’art ? Penser les écarts, interroger nos modes de faire par une démarche sensible et politique, faire parcours ensemble comme pour soi, tel est le cadre de l’expérience proposée lors de ces deux journées d’étude.

Cycle « pratiques »

25.06.19

Prendre position, pratiques situées de la médiation

La troisième journée d’étude du cycle « pratiques » propose d’aborder la médiation comme une pratique située, qui créé des dispositifs relationnels à partir d’un contexte (un lieu, des publics, des esthétiques, un cadre institutionnel…). Elle regarde les pratiques de médiation à travers la notion spatiale, temporelle et corporelle de « prendre position ».

Prendre position c’est se situer par rapport à un contexte. Dedans, à côté, sur, autour, dessous, contre, avec… C’est également faire des choix et les rendre perceptibles pour les autres. Cela implique une liberté du sujet qui s’autorise à choisir là où il veut être dans le collectif, comment il veut être avec le collectif et quelle place il propose à l’autre. Prendre position c’est également se positionner et se re-positionner, et implique une auto-réflexivité qui rend les pratiques vivantes et mobiles.

Dans le contexte de Camping, plusieurs lieux et écoles sont invités afin de créer un espace d’échanges sur les pratiques de médiation à partir de différents contextes français et internationaux.

22.06.18

Transmettre, partager, sensibiliser : approches multiples de la médiation

Transmettre, sensibiliser, partager, éduquer, former, de nombreux verbes actionnent le travail des artistes et des médiateurs. Les modalités de rencontre de l’art s’inventent, se réfléchissent et se remettent en jeu continuellement en fonction des savoirs mobilisés, des publics à qui l’on s’adresse, des cadres dans lesquels ces rencontres s’exercent. Au cours du XXème siècle, les apports des sciences de l’éducation, des sciences cognitives et de la psychologie ont profondément transformé la compréhension du sujet et de l’acte d’apprendre. Dès lors, il s’agit de questionner nos actions éducatives, pour inventer les pratiques de demain.
Cette journée d’étude permet de s’interroger sur les défis actuels de l’éducation afin de les mettre en regard avec les différentes modalités d’agir des médiateurs et des artistes. Conférence, ateliers et récits d’expériences ponctueront cette journée de recherche. 

14.12.18

Transmettre la danse : des pratiques, des gestes, des mots

Cette journée d’étude permet d’approfondir les questions relatives aux pratiques pédagogiques développées pour transmettre la danse. Celles-ci sont-elles spécifiques aux savoirs transmis ou encore liées aux objectifs que l’on donne à l’acte de transmission ? Que transmettre de la danse : une technique, une pratique, un processus de recherche, une conception du monde, une sensibilité aux œuvres chorégraphiques ? Quel est le rôle du verbal et du non verbal dans la transmission de ces savoirs de la danse ? Par la pratique et l’analyse de transmissions par des danseurs et des médiatrices ainsi que par des ateliers de réflexion, une carte des pratiques de transmission de la danse sera co-construite tout au long de la journée.

Observer les pédagogies à l’œuvre dans les parcours d’éducation artistique et culturelle, mettre en perspective les modalités de transmission avec d’autres champs de savoirs, interroger les postures de chacun, tels sont les objectifs donnés à ce temps d’échanges.

Cycle « publics »

17.06.17

Des publics pour la danse

Le public est curieux, engagé, participant, singulier, volontaire, sensible. Le public est critique, prévisible, imprévisible, indifférent, contradictoire, hétéroclite. Il est aussi désigné publics, spectateur, spect-acteur, amateur, habitant, individu, personne, citoyen.
Nous souhaitons pour cette journée d’étude mettre la notion de « public » au travail. Dans cette optique, nous avons convié chercheurs, philosophe, sociologue et professionnels du spectacle vivant, afin de croiser différents points de vue. Aborder et partager cette question sous différents angles, philosophiques, politiques, économiques, ou encore  esthétiques, nous permettra d’étayer nos approches au regard de nos pratiques. Cette journée sera également l’occasion de se questionner sur la spécificité d’un public pour la danse, et de réfléchir ensemble à nos actions de médiation.

18.12.17

Médiation de la danse : quels impacts sur les publics ?

À l’heure où les projets de créations chorégraphiques participatives se multiplient, où l’atelier de pratique et l’atelier du regard en amont ou en aval de la représentation sont des outils propédeutiques à la compréhension des œuvres, où les parcours d’éducation artistique et culturelle visent à développer l’esprit critique, le CN D propose d’échanger sur les causalités et/ou les corrélations entre pratiquer et regarder, entre projets de médiation et développement des publics. Seront abordés également les impacts personnels, sociétaux, politiques et éducatifs de la médiation en danse.