Olympiade culturelle

Lorsque Paris a été désignée ville olympique pour 2024, huit lieux de création et de diffusion du spectacle vivant de Seine-Saint-Denis, dont le CN D, ont eu le désir de se réunir en collectif.

Le collectif La beauté du geste

Le collectif La beauté du geste s'est réuni afin de rêver à ce que pourrait être l’Olympiade Culturelle : un événement artistique, festif et fédérateur, allié à une réflexion plus profonde sur les mutations que nous devons opérer sur ce territoire.

Ces huit lieux rassemblés dans le collectif La Beauté du Geste mettent aujourd’hui leur énergie en commun pour organiser en juin 2024 une grande parade construite à partir de septembre 2022 à travers un processus participatif long.

Ces projets artistiques au long cours, formeront à terme les différents segments de la parade intitulée On ne va pas se défiler et composée de plus de 1200 jeunes. Issus des commandes passées par les membres de La Beauté du Geste à des artistes et imaginés en étroite collaboration avec les habitants, chaque segment sera singulier. Cette parade portera haut et fort la créativité, la diversité et la solidaritéde la jeunesse de Seine-Saint-Denis.

 

La proposition de Marco Berrettini
Labyrinthe 2.0

Le Centre national de la danse a choisi d’inviter le chorégraphe Marco Berrettini pour réaliser son segment, au regard de son intérêt pour la performance sportive dans le champ de la danse et de sa démarche d’intégration des danses populaires dans la création contemporaine. Marco Berrettini est un chorégraphe qui est à même de faire vivre la dimension sportive dans un geste poétique et ludique.

Labyrinthe 2.0 est une chorégraphie conçue pour se déplacer dans l'espace urbain. Le cœur du projet repose sur sa scénographie, avant même que le contenu chorégraphique se déploie. Le scénographe Bruno Faucher, qui accompagne Bruno Berrettini, construit un dispositif labyrinthique de haies vertes mouvantes, qui rythmera l'errance de danseurs en recherche de la sortie. Ils auront des actions à accomplir, telles que jouer au ping-pong, sauter par-dessus les haies, accomplir des gestes sportifs en lien avec les Jeux Olympiques.

Marco Berrettini

Danseur et chorégraphe italien, Marco Berrettini est né en 1963 à Aschaffenburg, en Allemagne. Son intérêt pour la danse commence en discothèque. En 1978, il gagne le championnat allemand de danse Disco. Fort de cette expérience, il fréquente des leçons de danse jazz, moderne et ballet classique. À 17 ans, il commence sa formation professionnelle de danseur ; tout d’abord à la London School of Contemporary Dance, pour ensuite se diplômer à la Folkwangschulen Essen, sous la direction de Hans Züllig et Pina Bausch. Là-bas, il développe son intérêt pour le Tanztheater et débute comme chorégraphe. À la suite de sa formation, il essaie de monter sa propre compagnie à Wiesbaden. Pour accompagner ses tentatives de se faire un nom comme chorégraphe, il étudie pendant deux ans l’Ethnologie européenne, l’Anthropologie culturelle et les Sciences théâtrales à l’université de Francfort. En 1988, il déménage en France, pour travailler avec le chorégraphe Georges Appaix et crée en parallèle ses propres pièces. En 1999 le Kampnagel de Hambourg produit son spectacle MUL TI(S)ME.

Depuis, Marco Berrettini a produit une trentaine de spectacles avec sa compagnie. Avec Sturmwetter prépare l’an d’Emil, il gagne le prix ZKB au Theaterspektakel de Zürich. Depuis 2004 il crée entre autres No Paraderan, *Melk Prod. goes to New Orleans (2007), iFeel (2009), iFeel2 (2012), iFeel3 (2016), iFeel4 (2017) et My soul is my Visa (2018). En 2019, il reprend Sorry, do the tour. Again! suite à la commande du CN D. En 2020, il reprend No Paraderan suite à une commande du Théâtre des Amandiers, CDN de Nanterre. L’activité de Marco Berrettini s’étend de la performance dans un musée à la collaboration avec des réalisateurs de films, de l’installation avec des plasticiens au dîner avec des gens célèbres qui ne le connaissent pas. La Cie *Melk Prod. de Marco Berrettini est une compagnie conventionnée en Suisse.