RechercheProjection

Projection
Le rituel a déjà commencé ?

Carte blanche
à Térésa Faucon

Gisèle Vienne, Crowd © Estelle Hanania
Gisèle Vienne, Crowd © Estelle Hanania

01.10.21 — 20:00

CN D Pantin

À partir du lundi 4.10, le montage sera diffusé sur cette page, en trois épisodes.

Lundi 4.10 / 1er épisode – Entrer
Lundi 11.10 / 2ème épisode – Marquer/Battre
Lundi 18.10 / 3ème épisode – Tracer

Dans les films consacrés à la danse, l’attention portée à certains gestes, récurrents au-delà des différences stylistiques et géographiques, ne nous adresse-t-elle pas cette question du seuil et de la visibilité du rituel ? Ce montage a retenu, parmi les collections du CN D, des moments dont les qualités gestuelles, énergétiques et rythmiques interrogent la possibilité pour les danseurs et chorégraphes d’inventer des rituels avant l’entrée en scène, du studio aux coulisses, de la barre à la loge, des gestes quotidiens aux répétitions... Les formes filmiques participent à ce questionnement puisque caméra et montage ont si souvent été définis par leur capacité à révéler l’invisible et à explorer d’autres dimensions.

Térésa Faucon est maîtresse de conférences HDR à la Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent sur l’esthétique et la théorie du cinéma et des images contemporaines, l’histoire des formes, les interférences danse/cinéma et les cinémas indiens. Parmi les ouvrages publiés : Penser et expérimenter le montage (PSN, 2009), Théorie du montage. Énergie, forces, fluides (Armand Colin, 2013, 2e édition 2017), Gestes contemporains du montage. Entre médium et performance (Naima, 2017), Chorégraphier le film. Gestes, cadre, montage (Mimesis, 2019) ; plateforme bilingue interactive : lescartesdelanalyse.net (la danse sur les tessons).
 

3. Tracer

Tracer sur le corps ou autour du corps.
Tracer des formes premières.
Tracer avec des éléments/aliments fondamentaux.
Tracer avec des corps-pinceaux ou des caméras dessinant dans l’espace.
Tracer est sans doute à la fois un commencement et un accomplissement.