Programme
de résidences 2024
CN D x Cité internationale
des arts

Dépôt des candidatures
Prochain appel à candidature courant 2024 pour les deux périodes de résidence.

La résidence "Centre national de la danse x Cité internationale des arts" s’adresse à des chorégraphes travaillant et résidant hors du territoire hexagonal.L’objectif de cette résidence est de promouvoir la mobilité des professionnels, d’élargir leur réseau et l’opportunité de faire connaître le travail de ces chorégraphes en France. 

Avec ce programme, le Centre national de la danse et la Cité internationale des arts s’engagent à soutenir le projet de chaque lauréat en lui permettant de bénéficier d’un accompagnement privilégié et d’une résidence de trois mois à Paris et Pantin.
Depuis 2022, deux chorégraphes bénéficient chaque année de ce programme.

À la suite d’un examen approfondi des candidatures par une commission composée de personnalités qualifiées, les résidences ont été attribuées aux lauréates suivantes :

Pour la période du 4 janvier au 31 mars 2024

Mai Juli Machado

Mai Júli Machado Nhapulo a commencé à danser professionnellement en 2012, et débute alors une formation en chant et en danse sportive et classique à l'Association des athlètes de danse sportive du Mozambique. En 2016, elle suit une formation aux techniques de danse contemporaine à la Casa da Cultura de Maputo avec la chorégraphe Panaibra Canda. Entre 2021 et 2022, au sein de la compagnie du chorégraphe Idio Chichava, elle est interprète dans deux pièces chorégraphiques (One Way et Vagabonds).

Depuis 2021, elle participe à plusieurs programmes artistiques internationaux : une résidence artistique à Lisbonne (Portugal) intitulée Itinéraires, un échange entre les étudiants de master de P.A.R.T.S et des danseurs à l'Ecole des Sables (Sénégal) mais aussi un stage d’un mois au CNCD d’Angers. En 2022, elle bénéficie de la bourse « DanceWeb » en danse contemporaine dans le cadre du festival Impulstanz (Autriche).

Depuis 2023, Mai Júli Machado Nhapulo est interprète dans la dernière pièce de la chorégraphe Mathilde Monnier intitulée Black Lights avec plusieurs dates de tournée en France et en Europe. 

Sa première pièce dansée est sélectionnée et soutenue par l'Institut français qu’elle présente en 2023 au Festival Kinani puis est sélectionnée pour représenter le Mozambique au concours de danse contemporaine au Burkina Faso en décembre 2023.

Elle poursuit actuellement ses recherches pour sa pièce intitulée Sinais Particulares, autour des mutilations génitales féminines et de l'esclavage sexuel contemporain chez les femmes en Afrique. Elle explore à la fois le patrimoine chorégraphique de grandes figures comme Dada Masilo, Germaine Acogny ou Robyn Orlin tout en continuant de développer de sa propre esthétique chorégraphique.

Pour la période du 1er avril au 30 juin 2024

Wojciech Grudzinski

Né en 1991, Wojciech Grudziński est un artiste, chorégraphe et danseur polonais installé à Amsterdam. Il est diplômé de l'école de ballet Roman Turczynowicz à Varsovie et de la faculté de danse contemporaine de CODARTS Rotterdam Dance Academy aux Pays-Bas. Son travail interroge les espaces d’interdisciplinarité dans une perspective queer. Ancrée dans la force émancipatrice de la danse et la performance, sa pratique artistique explore les dynamiques de pouvoir implicites et explicites du théâtre et de la chorégraphie. Tout au long de sa formation, Grudziński a participé à des performances et à des ateliers dirigés par des artistes tels qu'Amanda Piña, Nora Chipaumire, Daniela Bershan, Ivo Dimchev, Keith Hennessy. Il a collaboré avec Dries Verhoeven, Marta Ziółek, Ula Sickle, entre autres. Il a participé à la reprise à Varsovie de Gala de Jérôme Bel.

Depuis 2016, Wojciech Grudziński a créé 6 pièces (SLAVE4YOU, 2016 – PAX, 2017, POPULUXE, 2018 – DANCE MOM, 2021) dont deux pièces de groupe (RODOS, 2019 – BOW A STUDY, 2023).

Il travaille sur sa prochaine création THREESOME, projet interrogeant la violence institutionnelle, la danse et la sexualité au travers de la trajectoire de trois artistes queer des années 80, les trois danseurs de ballet Stanisław Szymański, Gerard Wilk et Wojciech Wiesiołłowski. En entremêlant archives et écriture chorégraphique, donnant à voir les pratiques artistiques non institutionnalisées de ces trois artistes polonais de l'ère du communisme, ce solo explore le corps comme entité physique et terrain symbolique complexe pour aborder des questions d'éveil personnel, traumatisme, confiance et mémoire.

La résidence

La lauréate ou le lauréat bénéficie :
— D’une résidence artistique de trois mois, soit de janvier à mars 2024, soit d’avril à juin 2024, à la Cité internationale des arts, dans un atelier-logement composé d’un espace de travail et d’un espace de vie meublé (chambre, salle de bain, cuisine, connexion Internet wifi), situé au coeur de Paris.
— De temps de studio/d’un espace de travail au Centre national de la danse à Pantin, situé au Nord-Est de Paris.
— D’un accompagnement artistique et professionnel privilégié : accès aux réseaux et aux ressources documentaires des deux partenaires.

Ce programme inclut :
— Le transport international aller/retour Paris, avec le VISA et l’assurance voyage.
— Une bourse de vie de € 1 000 par mois.
— Une bourse de production de € 1 500.
— Un temps de restitution dont le format sera défini selon le projet du lauréat.

Critères d’éligibilité et de sélection

Pour participer à l’appel à candidatures, l’artiste doit
— Résider et travailler hors du territoire français hexagonal.
— Être âgé d’au moins 25 ans à la date limite de candidature.
— Pouvoir justifier d’une activité artistique professionnelle depuis trois ans.
— Avoir déjà développé un/des projet(s) de création chorégraphique.