Publics en situation de handicap

Le CN D porte une attention particulière à tous et lutte contre toutes les formes d’exclusion dans le domaine de la culture. Accueillir des groupes tout au long de l’année et construire des parcours en s’adaptant aux spécificités de chacun est une priorité.
En partenariat avec Cemaforre, centre national de ressources pour l’accessibilité des loisirs et de la culture, le département en charge des éditions au CN D publie des cahiers pédagogiques ayant pour thème la danse et le handicap.

Figure Libre

Porté par le département de la Seine-Saint-Denis, Figure libre est un projet qui vise à rapprocher les acteurs du champ social et de la culture, en favorisant l’accès à la culture pour tous et en contribuant à l’insertion sociale des personnes en difficulté.

De décembre 2017 à juillet 2018, Figure libre a ainsi réuni quatre acteurs : le département de la Seine-Saint-Denis, la compagnie Acajou, le centre médico-social SAMSAH COS 93 de Rosny-Sous-Bois et le CN D. Pendant plusieurs mois, le groupe constitué d’usagers en situation de handicap et de professionnels du SAMSAH – assistante sociale, ergothérapeute, secrétaire médico-sociale et aides médico-psychologiques – a découvert l’univers chorégraphique grâce à des ateliers de pratique au CN D menés par les danseurs de la compagnie Acajou, des rencontres et des spectacles au sein de différentes structures culturelles du département.
À travers les thèmes de la rencontre et de l’imaginaire, Figure libre a souhaité mettre en exergue chez chacun des participants sa définition de ce qui fait danse, de comment ces danses habitent nos corps et nos mémoires, de comment nous pouvons les partager au sein du groupe. À la fin du projet, une restitution publique a permis au groupe de partager certaines de ces réponses.

The Humane Body – Ways of Seeing Dance

Le projet européen The Humane Body a rassemblé de 2016 à 2018 quatre structures culturelles européennes, Impulstanz à Vienne, le Kaaitheater à Bruxelles, le CN D Centre national de la danse à Pantin et The Place à Londres, avec la volonté de rendre accessible la danse contemporaine à des personnes ayant une déficience visuelle.

Avec ce projet, il s’agissait de montrer que ce handicap n’est pas un obstacle à la réception d’un spectacle de danse, et qu’il est également possible pour la danse de partager ses productions avec un public malvoyant et un public voyant, simultanément.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs personnes ayant une déficience visuelle ont été invitées à s’initier en tant que spectateur à la création contemporaine grâce à l’audiodescription en quatre langues (anglais, français, allemand et néerlandais) de deux spectacles diffusés dans les quatre lieux partenaires : Sons of Sissy de Simon Mayer et L’œil la bouche et le reste de Volmir Cordeiro. Ce dernier a également proposé à des personnes malvoyantes de participer à l’écriture chorégraphique de sa création à travers des ateliers de danse au mois de janvier 2017. Les chorégraphes Mette Ingvartsen et Vera Tussing ont quant à elles développé respectivement une danse à écoute et une danse à toucher.