CampingFormation

Fanny de Chaillé
& Christophe Ives

Workshop camping

14 > 18.06.21

CN D Pantin

Parallèlement à ses recherches universitaires sur la poésie sonore, Fanny de Chaillé travaille avec des chorégraphes et metteurs en scène tels Rachid Ouramdane, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard, Gwenaël Morin. Depuis 1998, elle réalise des installations, des performances et des pièces pour le plateau. Elle est en 2013 l’invitée du Nouveau Festival du Centre Pompidou où elle propose avec la scénographe Nadia Lauro, La Clairière. Elle crée LE GROUPE en 2014, CHUT en 2015, LES GRANDS en 2017, DÉSORDRE DU DISCOURS d’après L’Ordre du discours de Michel Foucault en 2019, et LE CHŒUR (Talents Adami Théâtre) en 2020 dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Fanny de Chaillé est artiste associée à Malraux scène nationale de Chambéry. Elle a été associée au CN D à Lyon de 2018 à 2020 où elle a proposé des « journées d’étude » à destination de la communauté artistique.

Christophe Ives est diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris. Sa carrière de danseur-interprète débute en 1997. Il a notamment travaillé avec Joanne Leighton, Daniel Larrieu, Fanny de Chaillé, Martine Pisani, Alain Buffard, Herman Diephuis, Boris Charmatz, Vera Mantero, Christian Rizzo, Emmanuelle Hyunh, Ulla Von Brandenberg, Marlène Saldana & Jonathan Drillet, Anne-Sophie Turion & Jeanne Moynot. Depuis 2017, il assiste Fanny de Chaillé pour LES GRANDS et LE CHŒUR. En 2019, il prend en charge la coordination artistique de la Salle de Chauffe de Boris Charmatz, dans le cadre de l’exposition 
ON DANSE ? au Mucem à Marseille.

CHŒUR
Fanny de Chaillé et Christophe Ives proposent un travail de recherche autour de la figure du chœur. Travailler la forme chorale comme une identité collective polymorphe afin de mettre à distance l’identité singulière qui serait celle d’un protagoniste que son nom propre situe. Travailler la voix émotive du chœur, la cadence métrique du flux vocal et gestuel que permet cette forme, jouer sur la multiplicité des adresses qu’elle peut engendrer. Placer la voix chorale dans une position complexe qui serait entre l’autorité énonciative de l’acteur et la position sociale du public, l’envisager comme un monologue à plusieurs voix.