Formation

Stage
AFCMD et notation du mouvement : ressentir, lire et interpréter

Irénée Blin et Romain Panassié

21 > 25.10.19

CN D Pantin

Comment “goûter” la saveur d’une danse, avoir accès au “style” d’un chorégraphe, interpréter aujourd’hui une œuvre du passé ? Ce stage propose traverser plusieurs extraits d’œuvres chorégraphiques, reconstruits par la lecture de partitions croisée avec des ateliers en AFCMD.
L’AFCMD cherche à relier l’expérience du danseur et les lois physiques qui gouvernent le mouvement. Elle permet d’observer et comprendre l’organisation du corps, les mécanismes corporels qui sous-tendent le geste dansé. Quels sont les chemins, les coordinations spécifiques présents dans un extrait d’œuvre ? Et comment les relier à un imaginaire, un univers poétique, une certaine façon d’être au monde ? Les notations Benesh et Laban proposent chacune un point de vue particulier, une manière spécifique d’envisager le mouvement, de l’observer et de l’analyser pour le traduire en signes et le transcrire sur le papier. Une partition chorégraphique constitue une lecture interprétative de l’œuvre, une “cartographie” réalisée par un(e) notateur(trice) dans un contexte précis (création, reprise, projet de recherche…), et dans le cadre donné par le système utilisé.
La combinaison sur le papier des informations corporelles, spatiales, temporelles et dynamiques fait apparaître des coordinations spécifiques, des éléments stylistiques qui “signent” la chorégraphie. La reconstruction de l’œuvre se joue dans la rencontre entre ce qui est consigné dans la partition et la singularité de chaque interprète d’aujourd’hui, par la médiation du notateur-reconstructeur qui est un “passeur”, une interface entre le papier et les danseurs.
Dans la reconstruction et l’interprétation d’une œuvre notée, une approche AFCMD cherche à “donner chair aux signes” (Odile Rouquet) pour aller vers une incarnation sensible de l’écriture par les nouveaux interprètes. Elle permet de synthétiser les multiples informations données dans la partition et de les recentrer autour d’une organisation corporelle globale, mettant en lumière les élans spécifiques en présence.


Romain Panassié est danseur, notateur du mouvement (choréologue Benesh), et pédagogue spécialiste en AFCMD. Formé au CNSMDP en danse contemporaine et en écriture Benesh, il danse pour différents chorégraphes et mène des projets de transmission de répertoire auprès de publics variés. Il enseigne actuellement l'analyse du mouvement (Universités Paris 8 et Lille 3, RIDC, CNDC d'Angers...), le système Benesh (CNSMDP), et donne régulièrement des cours et ateliers en danse contemporaine. En 2018, il publie en collaboration avec S. Rousseau et M. Truong Tan Trung « Temps, Rythme et Mouvement - des outils pour la transmission en danse et en musique » (ed. Delatour).

Irénée Blin est chorégraphe, danseuse, notatrice en cinétographie Laban et spécialiste en AFCMD. Ses connaissances en cinétographie Laban et en AFCMD viennent nourrir son travail de chorégraphe, tant pour l'écriture chorégraphique que l'entraînement et la transmission aux interprètes. Elle enseigne l’analyse du mouvement dans diverses formations pour un public de danseurs classiques, contemporains, jazz et hip hop et la cinétographie Laban en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement au rôle de la danse dans l’apprentissage musical et intervient notamment auprès des orchestres Démos de la Philharmonie de Paris.