Mathilde Monnier

Venue à la danse tardivement et après une expérience de danseuse dans la compagnie de Viola Farber et François Verret, Mathilde Monnier s’intéresse à la chorégraphie dès 1984, alternant des créations de groupe et des créations solos, duos. De pièce en pièce, elle déjoue les attentes en présentant un travail en constant renouvellement.

Ses questionnements artistiques sont liés à des problématiques d’écriture du mouvement en lien avec des questions plus larges comme « l’en commun », le rapport à la musique, la mémoire.

Sa nomination à la tête du Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon en 1994 marque le début d’une période d’ouverture vers d’autres champs artistiques ainsi qu’une réflexion en acte sur la direction d’un lieu institutionnel et son partage.

Ses spectacles tels Pour AntigoneDéroutesLes lieux de làSurrogate CitiesSoapéra ou Twin paradox sont invités sur les plus grandes scènes et festivals internationaux.

Elle alterne la création de projets qu’elle signe seule avec des projets en cosignature, rencontrant différentes personnalités du monde de l’art : Katerine, Christine Angot, La Ribot, Heiner Goebbels...

Depuis janvier 2014, elle dirige le CN D Centre national de la danse implanté à Pantin et à Lyon.

Sous son impulsion, ériger aujourd’hui le CN D en centre d’art pour la danse, c’est réaffirmer que la danse est le lieu de l’indiscipline par excellence, en s’appropriant et en inventant des rapports toujours nouveaux avec les autres champs artistiques.